VOYAGER SEUL(E) AVEC SON CHIEN

Au départ, cela peut faire peur de partir avec un chien, on a tendance à se demander ce qu’on va faire de lui dans pas mal de circonstances et finalement, on peut tout faire avec lui, il suffit de lui apprendre à attendre sagement devant une église ou une boulangerie, de marcher au pas et d’être sage en ville et quelques petites choses que nous verrons plus bas. Les gens sont accueillants avec lui en rando, aux terrasses de café il se fait couramment offrir un bol d’eau sans rien demander et avec une bouille pareil, vous vous doutez bien qu’il ne manque pas de se faire complimenter à tout bout de champs !

Malouk va donc nous servir de support pour cet article. Nous avons fait pas mal de chemin ensemble depuis que j’ai goûté au bonheur de voyager avec lui, seule ou non. Il est devenu un véritable petit chamois à force de randonner, un petit ange sur les bateaux où il sait se faire oublier, un super compagnon de bivoua.En roadtrip dans ma voiture aménagée, c’est un véritable bonheur de partager mon petit espace avec lui, même s’il faut parfois se battre pour avoir plus de place !

En fait, il est devenu un chien caméléon qui sait aussi bien se comporter en société qu’en pleine nature !

La laisse, plus jamais à la main !

Une des premières choses que j’ai mise en place a été d’utiliser des mousquetons pour ne plus avoir à tenir la laisse à la main. J’utilise une laisse qui se déroule ce qui me permet de choisir la distance en fonction des circonstances, je l’accroche à la bretelle de mon sac à dos ainsi je suis libre de mes mains et de mes mouvements. Malouk s’est très vite accoutumé. Je préfère largement ce système aux laisses de randonnée qui trainent par terre. Malouk a une bonne longueur de liberté.

Sacs poubelles

Autre point, moins glam mais essentiel, ces laisses qui se déroulent ont un petit compartiment pour mettre des sacs poubelles, extrêmement pratique en ville pour ne pas salir les trottoirs ou pire les jolis pavés des centres médiévaux !

Un harnais

Un accessoire indispensable. Il est bien trop inconfortable pour un chien de randonner des journées entières tiré par le cou ! Le harnais est une évidence. Bien prendre les mensurations du chien : cou, poitrail.

La randonnée avec son chien

Avant toute chose, il faut vérifier si le lieu de randonner permet de l’emmener. Malheureusement les chiens ne sont pas autorisés partout, surtout dans les réserves naturelles. Certains lieux obligent de les garder en laisse et d’autres sont libres d’accès, ces derniers étant évidemment les meilleurs, il va pouvoir se dégourdir les jambes et faire ces fameux allers retours incessants entre vous et la liberté, au final le double de vos kilomètres ! De ce fait pensez à prendre suffisamment d’eau. En parlant d’eau, c’est un point important sur lequel il faut s’attarder car c’est une question qui revient fréquemment : En été, doublez votre eau, par contre le reste de l’année, dans la plupart des endroits où l’on randonne, il y a des ruisseaux, rivières, des flaques par la pluie récente. Cela suffit amplement. Sur le chemin de Compostelle, Malouk buvait bien plus que moi grâce aux pluies, fontaines, ruisseaux et rivières, je ne portais pas d’eau pour lui du coup, ouf un poids en moins !

Randonnée en itinérance, un compagnon génial

Mon meilleur ami du fameux chemin de Compostelle a bel et bien été Malouk. Certes les nuits ont été un peu craintives pour lui, mais rien de mieux qu’un chien pour tenir compagnie sur le chemin. On est seul sans vraiment l’être, avoir le chien permet également de socialiser encore plus avec les gens à la traversée des villages, c’est un réel vecteur pour entrer en contact avec les habitants, c’est très agréable de pouvoir échanger quelques mots sympathiques, avant de repartir dans sa solitude plongée en pleine nature sur le chemin.

J’ai pris l’habitude de parler avec lui, on échange, depuis il incline sa tête quand je lui parle, il est vraiment amusant. Nous mangeons la même chose, il n’est plus question qu’il attende la fin du repas pour manger à son tour, en rando, nous mangeons ensemble. Il dort également avec moi dans la tente, sinon il a peur de tout et passe sa nuit à se relever et faire du bruit contre le tissu !
En bref, si jamais vous avez envie de partir avec votre chien sur Compostelle, Stevenson ou autre GR … N’hésitez pas une seconde, ce ne sera en aucun cas un frein à votre besoin de solitude, vous accomplirez votre chemin de pensées, le chien ne vous imposera jamais rien, il vous suivra le sourire aux babines !

Je me rends compte au fil de mes périples qu’il s’adapte sans aucun problème, c’est moi le pilier, le repère, et changer sans arrêt de lieux ne le dérange absolument pas.

Je peux aussi ajouter qu’avoir un chien pour une nana seule doit certainement éviter quelques mauvaises rencontres, c’est un atout. Je ne suis pas inquiète en bivouac, mais je fais tout de même attention à l’endroit où j’installe la tente, d’être à l’abri des regards … et avoir Malouk, j’en suis certaine, est un plus dans la sécurité du lieu choisit.

En voiture aménagée

Là encore c’est un pur bonheur. Lorsque je roadtrip j’ai tendance à visiter plein d’endroits, rouler et m’arrêter au gré des envies. C’est simple et agréable, Malouk monte et descend de la voiture avec bonheur, il suit avec grand plaisir sans jamais rechigner, bien au contraire. En voyage il est transformé, jamais têtu, il n’aboie jamais comme il le fait à la maison, il est simplement heureux, du coup, tous les moments partagés le sont !

Dans la voiture, comme vous le voyez, il prend de la place, cela demande tout une organisation, surtout quand il a les pattes mouillées !

J’utilise de vieilles serviettes de plage pour protéger mon lit, je fais également attention à ce qu’il se mouille pas trop avant de remonter en voiture, de pas laisser traîner un saucisson ^^… Il y a certaines habitudes très logiques à prendre, et ça se passe merveilleusement bien.

La loi demande à ce que le chien soit tenu attaché dans la voiture afin qu’il ne risque pas de vous déranger dans votre conduite, j’ai donc fait un système avec un mousqueton et une ancienne laisse de 60 cm, il ne peut pas venir à l’avant, mais peut s’allonger et dormir le temps des trajets.

J’espère avoir répondu à certaines de vos interrogations, si vous êtes par ici c’est certainement que vous avez envie de voyager avec votre chien et n’osez pas, ou avez besoin de plus d’infos avant de vous lancer. Je suis disponible, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaires. Ou dans l’autre sens, si vous avez vous aussi, l’habitude de partir avec votre petite moitié et que j’ai oublié de dire certaines choses, n’hésitez pas à compléter !

Je vous souhaite de formidables aventures avec votre compagnon 🙂








Publié par emnatsu

Illustratrice jeunesse, blogueuse voyage, aide-soignante... Que d'étiquettes ! Le tout est de se sentir en vie et d'en profiter au maximum.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :