L’ESSENTIEL A SAVOIR AVANT DE PARTIR SUR COMPOSTELLE

Avant de partir à l’aventure ou en pèlerinage sur ces fabuleux chemins de Compostelle, que ce soit à pied, en âne, à vélo ou à cheval, logé en gîte ou en bivouac, vous devez avoir connaissance de certaines infos essentielles pour profiter pleinement de votre parcours et entreprendre ce chemin de vie sereinement.

Les points abordés

Choisir son chemin vers Saint-Jacques de Compostelle et s’y rendre

Les chemins qui mènent à Santiago de Compostela dans le nord de l’Espagne sont nombreux en Europe. Voici les plus connus en France :

– La Via Turonensis : la voie de Tours
– La Via Lemovicensis : départ de Vézelay
– La Via Podiensis : la plus connue et historique, le GR 65, départ du Puy-en-Velay
– La Via Tolosana : au départ du sud de la France, en Arles

Pour l’Espagne, si les choses paraissent plus simples au premier abord, vu que tous les chemins Français se rejoignent à Puente La Reina pour commencer le Camino Frances, il existe pourtant plusieurs chemins également pour rejoindre Santiago. Renseignez-vous sur les conditions aux frontières avec la Covid-19.

Il n’est pas obligatoire de faire la voie la plus proche de chez soi. L’important est de faire la voie qui vous inspire, qui vous donne envie, selon les paysages que vous allez y croiser, la difficulté des dénivelés également, plusieurs critères seront à évaluer.

Pour vous y rendre, le train reste le moyen le plus efficace bien que couteux. Les personnes qui comme moi marchent avec leur chien, ils sont autorisés dans les trains, le billet est de -50% du prix d’une place adulte, ils doivent être équipés d’une muselière. Les chiens ne sont cependant pas acceptés dans les bus.

Armez-vous d’un guide spécialisé sur le chemin de Compostelle ou de la carte IGN de la voie choisie.
Plus simple encore, téléchargez l’app Géoportail, totalement gratuite, sur votre smartphone, elle permet de voir la carte IGN, donc les tous les sentiers balisés en France, dont les voies vers Compostelle. Elle permet de vous géolocaliser le long de votre chemin et de vous orienter en cas de doute.

Apprendre à lire les balises de la FFRP pour s’orienter sur le chemin

Cela peut sembler stupide à rappeler pour certains mais pour d’autres, qui n’ont pas l’habitude de randonner, les balises de la FFRP (fédération française de randonnée pédestre) sont du chinois. Le code est très simple, voir le tableau juste en dessous.
A noter, le chemin de St-Jacques est représenté tout le long par le pictogramme d’une coquille st Jacques jaune sur fond bleu comme sur la photo ci-dessus.

Le GR 65 que j’ai emprunté est extrêmement bien balisé, difficile de se tromper. Les différentes lectures et vidéos auprès desquelles je me suis renseignée avant de partir sur les sentiers sont toutes d’accord sur ce sujet. Le chemin de Compostelle est très facile à suivre, il est difficile de s’égarer. En cas de doute, ayez toujours une carte IGN sur vous ou l’App Géoportail installée sur votre smartphone pour ne pas dévier de votre chemin.

Qu’est-ce que la Crédencial ? Où se la procurer ?

La crédencial est en quelque sorte le passeport du pèlerin, que vous soyez croyant ou non, elle est indispensable pour avoir accès à l’hébergement dans les gîtes, obligatoire en Espagne, recommandée en France. Elle se présente sous forme d’un petit carnet nominatif, à faire tamponner le long de votre chemin : par les gîtes d’étapes, les mairies, office du tourisme, parfois même dans les boulangeries.

Elle permet également d’obtenir la Compostela (certificat du pèlerinage) à l’arrivée à Santiago de Compostela. La Compostela n’est délivrée qu’aux pèlerins pouvant justifier avoir parcouru les 100 derniers km à pied ou à cheval, ou les 200 derniers km à vélo. Il faut faire tamponner la crédencial à chaque étape.

J’ai acheté ma crédenciale à la boutique de la Cathédrale du Puy-en-Velay pour 5€, la Bonne soeur qui me l’a vendu, a gentiment insisté en m’expliquant que je pouvais donner qu’un seul sou.

Où se procurer la Crédencial ?

Le formulaire de demande auprès de l’agence des chemins de Compostelle

Où dormir ? Gîte d’étape, communautés religieuses ? Bivouac ?

Le guide Miam Miam dodo est très prisé par les pèlerins car il regroupe toutes les étapes du chemin choisit, les gîtes et leurs coordonnées pour réserver à l’avance. Ce guide existe également sous forme d’application mobile payante Android & IPhone.

Attention, avec la Covid-19 il se peut que les gîtes soient fermés, voici un lien avec les infos concernant la crise sanitaire pour 2021.

Bivouac, il est important de savoir qu’en France le bivouac est toléré, vous n’êtes pas dans l’illégalité tant que l’installation du bivouac se fait à la tombée de la nuit et son démontage au lever du jour à condition que ce n’est que pour une nuit et pas sur une propriété privée. Le Bivouac est idéal pour s’immerger totalement dans le chemin et la nature. Les gîtes quant à eux favorisent les échanges entre pèlerins.

Le ravitaillement sur le chemin : la nourriture, l’eau, les soins …

C’est une question qui revient fréquemment, elle fait partie des grandes inquiétudes avant de partir sur le chemin. Il faut savoir que, quelque soit la voie empruntée, les chemins traversent des villages tout le long. Les étapes font en moyenne 15 à 20km par jour, cela laisse le temps de trouver de l’eau, de la nourriture et des pharmacies si besoin, lors des passages dans les villages.

Bien entendu, si vous optez pour la formule Gîte, le ravitaillement est moins présent dans votre esprit puisque vous mangerez au gîte d’étape le soir et le matin avant de partir, vous remplirez évidemment à cette occasion vos réserves d’eau pour la journée.

Par contre, si vous optez pour la formule bivouac, la question sera bien plus pesante, autant sur vos épaules que dans votre esprit. Cela va demander un peu d’organisation, choisir des provisions énergétiques qui prennent peu de place et ne pesant pas trop lourd dans votre sac. Quant à l’eau, je n’ai pas trouvé cela si simple à trouver sur la portion du GR65 que j’ai fait à ce jour. Il y a bien sûr quelques fontaines dans certains villages mais l’eau n’est pas toujours potable. Il reste la solution des pastilles de chlore ou acheter des bouteilles dans les épiceries.

Aucune inquiétude donc quant au ravitaillement sur le chemin. Ayez toujours un peu de monnaie pour vous acheter une bonne baguette fraîche et votre carte bleue pour les achats en épicerie ou pharmacie.

J’espère avoir répondu à certaines de vos interrogations, je travaille à faire une série d’articles concernant le bivouac, le sac à dos, les étapes, les applications mobiles, une FAQ des questions les plus fréquentes que les pèlerins se posent avant de partir. Tout ceci est en cours, en attendant, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire 🙂

Je vous souhaite un excellent cheminement si vous vous lancez dans cette formidable aventure. La magie qui s’opère sur ces voies est extraordinaire, j’espère que vous connaitrez le bonheur, la paix que j’ai ressenti en foulant ce sol.

Publié par emnatsu

Illustratrice jeunesse, blogueuse voyage, aide-soignante... Que d'étiquettes ! Le tout est de se sentir en vie et d'en profiter au maximum.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :