5 JOURS D’ETAPES – DE BOURG-ARGENTAL AU PUY-EN-VELAY

Juste avant que nous soyons à nouveau confinés, ce début avril 2021, je me suis lancée 4 jours en bivouac avec mon chien sur le chemin de Compostelle, au départ de Bourg-Argental jusqu’au Puy-en-Velay, en Haute-Loire. Le chemin est superbe et l’arrivée au Puy-en-Velay fait forcément son effet après ces 100km et quelques à pied chargée de ma petit maison sur le dos.

La journée, le temps a été clément, un grand soleil et un ciel d’un bleu royal nous observaient marcher, par contre la nuit les températures s’aventuraient presque dans le négatif, ce bout de chemin est constamment en altitude, entre 700m et 1200m. Il faut donc prévoir des affaires chaudes, un bon duvet et un bon matelas pour couper le froid de la terre.

Les km sont très approximatifs, trouvés sur le net. Mon téléphone m’a affiché des km en plus. En tout, j’ai marché 112km.

Etape 1 – environ 17km
Bourg-Argental > Les Sétoux

Une première étape qui attaque un peu dure, ça ne fait que grimper dans la forêt, pas vraiment de vue dégagée sur cette partie. A St Sauveur, dans la rue principale, des livres sont à disposition, l’occasion de trouver un bon polar pas top lourd pour le soir. J’ai planté ma tente un peu après les Setoux dans la forêt, c’est un tout petit patelin où se trouve une fontaine avec de l’eau potable. Le matin au réveil une biche nous a fait la surprise de nous observer au loin. L’immersion dans la nature est totale tant les animaux sont bruyants au milieu de ces sapins géants.

Etape 2 – environ 17km
Les Sétoux > Montfaucon en Velay

Le chemin grimpe encore un peu mais enfin du plat ou de la descente s’invitent au voyage. A Montfaucon vous trouverez une boucherie, une boulangerie qui fait un très bon pain et un petit casino pour se réapprovisionner dans la rue principale. Pas de fontaine, il y a par contre sur le parking de la gare une aire pour Camping-car que vous trouverez sur l’app mobile « Park4night » où il y a de l’eau et des wc.

J’ai marché 5km de plus pour sortir des zones résidentielles et trouver un super spot dans la forêt pour planter la tente. Le coin était digne d’un emplacement de camping et le panorama superbe.

Etape 3 – environ 20km
Montfaucon en Velay > St Jeures

Le chemin est plus facile sur cette partie, moins de grimpette. La vue se dégage, on tend à sortir des forêts et rejoignons l’herbe verte. Tence est une jolie petite ville où des biches nous ont accueilli de leur plus belle course.

Etape 4 – environ 21km
St Jeures >St Julien Chapteuil

Des champs au plateau du Meygal. A nouveau les jambes vont devoir grimper. Quelques plaques de neige s’accrochent en haut du plateau, tandis que le domaine nordique du Meygal affiche des reliefs étonnant. Le froid est déjà intense à 17h, j’entreprends donc de descendre le plus bas possible pour gagner quelques degrés pour la nuit. C’est, je pense, le plus beau passage de cette portion. Nous avons dormi dans un champs, il a été difficile de trouver un spot à l’abri des regards.

Etape 5 – environ 19km
St Julien Chapteuil > Le Puy-en-Velay

L’approche de St Julien est longue, le GR fait faire quelques détours et nous fait grimper le haut d’un relief pour admirer une tour qui servait de guet au moyen âge. En bas, nous empruntons de petits sentiers caillouteux au milieu de jolies maisons aux pierres apparentes sorties tout droit de contes. St Julien est une très jolie petite ville, nous en sortons en longeant la rivière, un coin qui doit être très agréable pour y pic niquer en temps hors crise.

L’arrivée au Puy-en-Velay s’accompagne d’une émotion intense, un mélange de nostalgie et d’impatience s’entrechoquent en moi. L’approche du centre ville et de la Cathédrale est interminable, une heure de marche sur la voie verte qui contourne toute la vile.

Le chemin, pour nous, doit s’arrêter ici, ce soir nous serons confinés. Nous avons réussi à atteindre le Puy, pour cela nous avons dû condenser ces 5 jours en 4, 35km la vieille et 35km le jour J. Il était hors de question de ne pas atteindre la Capitale Européenne du chemin de Compostelle, pas si proche du but. Nous sentons, avec Malouk mon chien, nos coussinets chauds et gonflés, comme si nous marchions sur de l’air, nos corps sont lourds, mon sac me paraît faire le triple de son poids, les muscles des cuisses semblent injectés d’acide, mais c’est un moteur à propulsion ultra performant qui nous pousse jusqu’à la Cathédrale. Nous sommes en route pour récupérer notre Graal, acheter notre Crédencial et notre coquille St Jacques, que nous porterons à l’avenir fièrement sur notre sac maisonnette.

Les derniers mètres c’est le coeur lourd et à la fois rempli de joie que nous montons les marches de la Cathédrale, fiers, tous deux, de notre exploit !

Invisibles et silencieuses dansent des particules de joie qui effacent les inquiétudes le long de cette voie historique. C’est pourtant l’esprit anxieux que le chemin a commencé, tracassé par les soucis de la vie qui m’ont jetés, un peu sur un coup de tête sur ce bout de France, il a suffit de quelques minutes pour que l’apaisement remplace les tensions et de quelques heures pour qu’un sourire béa plissent les babines du chien. Nous nous sentions libres et heureux. Nous rêvons à présent de reprendre notre périple au plus tôt !

Publié par emnatsu

Illustratrice jeunesse, blogueuse voyage, aide-soignante... Que d'étiquettes ! Le tout est de se sentir en vie et d'en profiter au maximum.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :